Accueil / Actualités / Taries. Nutrition en 2 phases tout en restant pratique

Taries. Nutrition en 2 phases tout en restant pratique

27 Juin 2018 | 

L’idée est de vous donner une astuce pour optimiser la conduite des taries, tout en restant pratique et économique.

On connaît l’importance d’une bonne préparation des vaches taries dans le mois précédent le vêlage. Les répercutions sont multiples pour la santé et les performances du troupeau

Pourquoi ça coince parfois ?
Pour diverses raisons, la ration de préparation vêlage n’est pas toujours mise en oeuvre. Les raisons évoquées sont souvent : pas assez de vaches en préparation vêlage pour faire une ration dédiée, pas assez de cases de disponibles dans le bâtiment, pour mettre en place une ration à destination uniquement des vaches 3 semaines avant vêlage, trop compliqué à mettre en place, manque de temps…

Pour ces différentes raisons, l’on constate souvent une seule ration pour les vaches taries, en l’occurrence qui est rarement une réelle ration préparation vêlage.

Il suffit de partir des génisses
Vous réalisez déjà une ration pour les génisses de plus d’un an ? Oui, donc, vous avez déjà fait 90 % du travail.
L’idée est relativement simple :
Etape 1. Vous distribuez la même ration aux génisses de plus de 12 mois qu’à l’ensemble des vaches taries, aussi bien en début qu’en fin de tarissement.
Etape 2. Vous rajoutez le complément manquant, pour finaliser la ration des vaches taries en préparation vêlage.
Deux possibilités de distribution :
• Soit vous rajoutez le complément dans la mélangeuse avant de finaliser la distribution aux vaches taries en préparation vêlage.
• Soit vous rajoutez le complément au seau par-dessus la ration des vaches taries en préparation vêlage.

La première solution est à privilégier car elle permet une meilleure homogénéité de la ration.

Afin d’élaborer la formule du complément nécessaire pour la ration préparation vêlage, il suffit donc de partir des niveaux nutritionnels de la ration des génisses de plus d’un 1 an, puis de rajouter ce qui manque.

Avec cet ajout, simple à réaliser, on colle à l’ensemble des recommandations nutritionnelles sur la période de préparation au vêlage. Objectif 13,5 à 14 % de protéine en prépa-vêlage, 0,8 UFL/kg MSI, diminution de la BACA : autour de zéro meq/kg MSI, meilleure couverture en oligo-éléments et vitamines, notamment en antioxydants (vitamine E et sélénium, en faveur de la qualité du colostrum) ainsi qu’en vitamine D3, pour limiter les troubles post-partum (hypocalcémie notamment).

Que faire si les taries sont dans un seul lot ?
Dans le cas de figure où les vaches taries en début de tarissement (deux mois avant vêlage = 8e mois de gestation) sont mélangées avec les vaches en phase de préparation (1 mois avant vêlage), la technique reste valable. Il suffit alors de bloquer l’ensemble des vaches au cornadis et de complémenter uniquement celles en phase de préparation.

Un investissement de 20 € vite rentabilisé

Côté économique, l’investissement est de 80 centimes / vache tarie / jour. Si on prend une présence moyenne de 25 jours, en phase prépa, cela représente un investissement de 0,8 € x 25 jours = 20 € par vache.

Extrait de l'article de Bertrand Méline, paru dans PLM de juin 2018, page 38 à 40. Dans cet article intégral retrouvez un exemple de ration génisses et les quantités de compléments ajoutés. (Article à retrouver vis les archives du PLM numériques)

Accès réservé aux abonnés

Pour vous abonner, cliquer Ici

Ou pour commander le numéro de juin 2018, cliquer ci-dessous

Pour les éleveurs, par les éleveurs.
Mois par mois. Laiterie par laiterie...