Accueil / Actualités / Votre prochaine automotrice, vous la choisirez comment ?

Votre prochaine automotrice, vous la choisirez comment ?

11 Janvier 2018 | 

PLM a posé la question a plusieurs éleveurs-utilisateurs. Pour Charles Robert au Gaec Robert, 120 VL, dans les Deux-Sèvres, "Jamais une automotrice avec le moteur avant".

Voici son témoignage:

Nous sommes équipés d’une 12 m³ pour 125 vaches en lait. On y loge facilement 65 rations.
Cela oblige à deux mélangeuses, mais c’est un choix : Une deux fois plus grande serait moins rentable, chez nous. Par contre, pour les 140 génisses, c’est plus compliqué. Pour leur ration, ce serait bien d’avoir 2 m³ de plus.

Depuis 25 ans, c’est notre quatrième automotrice. On la renouvelle tous les 5 à 6 ans.
Points faibles : La hauteur de désilage, avec des silos toujours plus hauts. La porte de déchargement pas très étanche, surtout pour le pré-mix avec la farine de maïs laminée, les minéraux…
Points forts : La maniabilité, la cabine basse sans marche-pied, la fiabilité, peu d’entretien. Un bon mélange sans trop déstructurer.
Indispensables : le répétiteur extérieur, pour charger au tracteur les pré-mix. Pour info : le répétiteur, c’est un deuxième cadrant de pesage, visible du tracteur. Sur notre dernière automotrice, nous avons la télécommande.

Je conseille la clim. Dans une petite cabine, la température monte vite. Avec la poussière, pas question d’ouvrir la fenêtre.
Le siège pneumatique, aussi. Dans la cour, on roule assez vite.
Pour la sécurité : Une caméra de recul. Une cabine qui ferme à clé.
Jamais une automotrice avec le moteur à l’avant ! Il se retrouve toujours dans la poussière. C’est beaucoup d’entretien. Pas de convoyeur à chaînes non plus : trop d’usure et d’entretien.

A l’achat, quelques points méritent des précisions et/ou des garanties : la hauteur de désilage, la charge maxi pour le pré-mix, l’étanchéité de la porte.
Allez voir chez des utilisateurs. Testez la fraise en situation réelle. Faites des essais. Vérifiez la fiabilité de la pesée. Le bruit ? La déstructuration ? L’entretien ? Un SAV qui connaît bien ses automotrices, capable de dépanner par téléphone et qui a des pièces en stock.
Nous préférons une neuve, pour ne pas avoir de surprise. Mais, on reste ouvert.

D'autres témoignages et l'actualité 2017 des automotrices dans PLM de décembre, n°495, pages 56 à 59. dossier accessibles via les archives du PLM numérique.

Pour vous abonner, cliquer Ici

Découvrez le magazine



Pour les éleveurs, par les éleveurs.
Mois par mois. Laiterie par laiterie...