Bâtiment. L’aire paillée n’a pas dit son dernier mot

18 mai 2022 - Arnaud VERLEUR

Au Gaec de l’Allée du Temple (Côtes d’Armor), les vaches doivent beaucoup à l’aire paillée. Son confort, son moelleux. Après de longues heures debout dans le parc d’attente, elles apprécient ce couchage spacieux et cet espace de liberté. 

En logettes, il n’est pas certain qu’elles aient fait autant de lait, plus de 39,6 kg au dernier contrôle, dans les conditions limitantes d’une salle de traite sous-dimensionnée. La nouvelle sera bientôt inaugurée. Et, même si le temps de traite sera divisé par deux, Anthony et Jérémy Gesbert vont conserver l’aire paillée, à la fois pour les vaches et « pour des sols riches en humus ». 

Le couloir est paillé aussi


Le Gaec de l’Allée du Temple tourne en 100 % fumier. « Les maïs s’en sortent mieux. On produit plus de fourrage ». Et, la remorque à fumier passe bien dans le voisinage. Reste à s’organiser. Car le fumier donne du travail, en contre-partie. En quelques chiffes :
- Deux curages par semaine. Le fond n’est pas bétonné, mais sur cailloux « cylindrés ». Au quotidien, le couchage est paillé tous les matins, l’aire d’exercice raclée et paillée deux fois. Cinq bottes par jour.
- 1 200 m² pour l’étable des laitières, couloir d’exercice compris (4 m de large), un peu moins de 10 m²/VL en ce moment...
Les vaches sont bien, propres. Les pieds sains et les mamelles aussi (140 000, en cellules, en avril). Certains atteignent les 60 kg du lait. Le record du troupeau a été battu par une vache à 71 kg.

Pour en savoir plus, à la fois sur l’étable et sur la conduite du troupeau (128 VL), au Gaec de l’Allée du Temple, à Plorec-sur-Arguenon (Côtes d’Armor), rendez-vous dans le prochain PLM.
 

PLM  - Formules d'abonnement

PARTAGEONS LE MEILLEUR

  • La richesse des grands reportages immersifs en élevage
  • L'exclusivité d'un réseau mondial d'éleveurs et d'experts
  • Des astuces et solutions concrètes pour chaque exploitation

Profitez d'une offre découverte 3 mois