De nouveaux essais valident l’intérêt de Rumiviv’

13 janvier 2021 - Béatrice Colleu

Cette solution naturelle du groupe CCPA permet d'améliorer l'utilisation des protéines par les ruminants et donc de réduire le coût de l'alimentation, l'empreinte environnementale et d'améliorer les performances. De récents essais le confirment.

En pratique, Rumiviv’ fournit des protéines bypass plus facilement digestibles dans l'intestin, « sans modifier la structure spatiale des protéines ». Elle agit en orientant favorablement les bactéries du rumen. Cette solution naturelle intègre des extraits végétaux tels que des tannins, sels de métaux et épices. Elle se positionne également comme une alternative naturelle aux matières premières traitées chimiquement (par exemple avec du formaldéhyde).

De récents essais publiés dans le Journal of Dairy Science confirment son intérêt. Trois groupes de vaches laitières ont été comparés à rations équivalentes. Le premier groupe avec des protéines apportées par du soja. Le second avec un soja traité thermiquement (soyPlus) et le troisième, avec administration de 20 g de Rumiviv’.
Les résultats, dans le tableau ci-dessous, sont en faveur de Rumiviv’, avec plus de lait et une meilleure efficacité alimentaire observée.


Pour des vaches laitières, la supplémentation en Rumiviv’ (25 g/vache par jour) permet de gagner en moyenne 2 litres de lait. Avec un investissement de 4 à 5 cts/VL/jour, on approche un gain de 60 cts, explique Didier Andrieu, chez CCPA. Si la solution est utilisée dans l’objectif de réduire la part de soja dans la ration. C’est 20 à 25 cts d’économisé pour 5 à 600 g de soja en moins et la même production de lait attendue.

En pratique, cette solution peut être utilisée par les éleveurs :
- quotidiennement (25g par jour par vache par exemple) « pour réduire les rejets azotés (par l'urée dans l'urine ou le sang) et les troubles métaboliques (intoxication à l'urée ou inflammation) dans l'alimentation riche en protéines dégradables comme les pâturages ou l'ensilage d'herbe ».
- pour remplacer totalement ou partiellement une matière première traitée, riche en protéines métabolisables, par un mélange de matières premières et de Rumiviv’ (Publication scientifique dans Journal of Dairy Science 2020).

« Les fabricants d'aliments peuvent également reformuler leurs aliments au moindre coût, pour une concentration en protéines métabolisables égale ou supérieure ».


Pour en savoir plus,  le groupe CCPA participe à la prochaine édition numérique d’EuroTier 2021.

 

Abonnement PLM Magazine

PARTAGEONS LE MEILLEUR

  • La richesse des grands reportages immersifs en élevage
  • L'exclusivité d'un réseau mondial d'éleveurs et d'experts
  • Des astuces et solutions concrètes pour chaque exploitation

Profitez d'une offre découverte 3 mois