Détection de la fourbure, pensez à surveiller le TB

« La surveillance du taux butyreux (TB) du lait est un moyen efficace, pour détecter un risque d’apparition de fourbure chronique. »
En Israël, une équipe de vétérinaires le confirme. Elle a comparé le taux butyreux des vaches présentant les signes cliniques de la fourbure (blêmes, cerises, décollements…) à celui de vaches « sans fourbure ».

L’étude a pris en compte les analyses de lait des 5ème, 6ème, et 7ème mois avant le parage, dans onze élevages israéliens (4 381 vaches laitières).
Les animaux n’ayant eu aucune lésion ou ceux ayant uniquement eu des maladies d’origine infectieuses (telle que la dermatite digitée) avaient en moyenne un TB plus élevé de 28 %, 17 % et de 16 % respectivement, au 5ème, 6ème et 7ème mois, que les vaches présentant le syndrome de la fourbure. L’élevage ayant le TB le plus bas était aussi l’élevage ayant le plus de signes de fourbure.

La base de cette étude est le lien très fort entre la santé des sabots et l’alimentation. En particulier, la sub-acidose ruminale, lorsque le pH de la panse chute continuellement aux alentour de 5,5 - 5,2 lors de problèmes de fermentation ruminale.

Pour en savoir plus, lire le dossier Véto consacré à la fourbure dans PLM de février 2014. A retrouver via les archives du PLM numérique (Accès réservé aux abonnés)

Pour vous abonner, cliquez ICI

PLM  - Formules d'abonnement

PARTAGEONS LE MEILLEUR

  • La richesse des grands reportages immersifs en élevage
  • L'exclusivité d'un réseau mondial d'éleveurs et d'experts
  • Des astuces et solutions concrètes pour chaque exploitation

Profitez d'une offre découverte 3 mois