Pas de CRI au vêlage. Par-là, entendez ni Contamination, ni Rétention placentaire, ni Irritation

Cela signifie que la remise à la repro se prépare aussi à la mise bas. Objectif à ce niveau, un appareil reproducteur sain et en bon état.

D’où ce CRI qu’il faut éviter à tout prix car l’appareil génital est ultra-sensible aux contaminations au moment du vêlage. Les vétérinaires le disent et le répètent.

  • Misez sur un local de vêlage propre, et limitez toute contamination à l’intervention en utilisant des lacs désinfectés, des tabliers, gants, vêleuses propres. Propres aussi, les seaux d’eau froide et chaude… »
  • En cas d’intervention, utilisez des gels lubrifiants pour limiter les déchirures au niveau du col, du vagin…
  • Si le vêlage a été difficile, fouillez la vache après pour détecter une éventuelle déchirure. Dans ce cas, ou si la vache reste couchée, appelez votre vétérinaire. Il doit intervenir dans les 6 heures si une suture est nécessaire. Dans tous les cas, il n’y a pas d’intérêt à arracher le placenta au moment du vêlage. S’il vient tout seul après une traction légère pourquoi pas ? Sinon laisser faire. L’expulsion doit se faire naturellement dans les 24 à 36 h après la mise-bas. Surveillez qu’il tombe et appelez le vétérinaire si la vache ne se délivre pas dans les deux jours.
  • Au moindre doute ou pour des vêlages atypiques : jumeaux, avortements… Sortez le thermomètre dans les jours suivants. Au-delà de 39,5 °C, appliquer les préconisations du protocole de soins pour contrôler l’appareil génital et couper court à l’infection qui débute.
  • Le risque est la métrite aiguë, celle qui laisse des traces sur la queue, provoque les écoulements purulents et de l’hyperthermie.

Une métrite peut s'installer rapidement, parfois avec une atteinte générale
Les métrites chroniques et subcliniques ont aussi un impact majeur sur la reproduction en étant bien souvent responsables d’échec à l’IA. Dans ce cas, les causes ne sont pas seulement bactériennes. Une alimentation qui engendre une baisse d’immunité aura un rôle négatif en facilitant l’installation de lésions utérines. A détecter précocement.
L’intérêt d’un suivi de fécondité régulier prendra tout son sens ici, car certaines infections ne seront détectées que par examen cytologique, au niveau des muqueuses de l’utérus.
 

PLM  - Formules d'abonnement

PARTAGEONS LE MEILLEUR

  • La richesse des grands reportages immersifs en élevage
  • L'exclusivité d'un réseau mondial d'éleveurs et d'experts
  • Des astuces et solutions concrètes pour chaque exploitation

Profitez d'une offre découverte 3 mois