Privilégiez une concentration supérieure à 140 g/l de buvée !

22 mars 2022 - Kevin DEKNUDT

L’alimentation lactée, au démarrage, est un levier capital pour l’avenir des veaux. Mais, quelle concentration d’aliment d’allaitement dois-je choisir ? Pour répondre à cette question, Denkavit a mené une étude au sein de son centre de recherche et d’innovation.

L’étude présentée ci-dessous a pour objet l’étude des effets de la concentration de la buvée en aliment d’allaitement (AA) lors de la phase de démarrage et jusqu’au sevrage. Pour ce faire, 4 groupes homogènes de veaux Holstein ont été constitués :

Résultats de croissance pendant la phase de démarrage (de 0 à 2 semaines)
Poids de naissance moyen : 46.7 kg
Les poids des veaux ont été mesurés individuellement à 0, 2, 4, 8 et 10 semaines d’âge.
On constate que le GMQ des veaux du groupe D, au démarrage, est plus élevé que celui des autres groupes (+159 g/j par rapport au groupe A).
En approfondissant, les veaux les plus lourds (> 50 kg) sont les plus pénalisés par une buvée à faible concentration. Au contraire, les veaux ayant un poids inférieur à 45 kg démarrent mieux grâce à une concentration élevée avec un GMQ moyen de 693g/j dans le groupe D contre 600 g/jour dans le groupe A.
On peut donc conclure ici qu’une forte concentration d’aliment d’allaitement a un impact positif sur la croissance au démarrage et cela est nettement plus visible sur des veaux légers à la naissance.

Impact sur la consommation d’aliment solide
On pourrait croire qu’une forte concentration en aliment d’allaitement limite la consommation précoce d’aliment solide par le veau. Or, jusqu’à 160 g/L, il n’y a pas de différence entre les lots. Seule une concentration de 175 g/L pénalise légèrement la consommation d’aliments solides. Rappelons que pour favoriser l’ingestion solide et bien préparer le rumen de l’animal, il est essentiel d’apporter un aliment de qualité et de le renouveler régulièrement pour qu’il reste appétant. De plus, l’apport d’un fourrage « piquant » en complément va favoriser le développement des papilles du rumen.

 

Résultats de croissance pendant la totalité de la phase lactée. 

En comparant le GMQ obtenu de 0 à 10 semaines des 4 lots, on constate que les veaux ayant reçu un apport lacté plus concentré ont des résultats de croissance plus élevés avec un GMQ supérieur de 42 g/jour (comparaison du groupe A par rapport au B). Donc, une concentration plus forte de l’aliment d’allaitement permet une meilleure expression du potentiel de croissance des génisses.

 

Conclusion
Une concentration plus forte en aliment d’allaitement permet de valoriser le potentiel de croissance des veaux. De plus, on constate que les retards de croissance liés à des problèmes sanitaires sont moindres. Donc opter pour une alimentation concentrée portera ses fruits.

PLM  - Formules d'abonnement

PARTAGEONS LE MEILLEUR

  • La richesse des grands reportages immersifs en élevage
  • L'exclusivité d'un réseau mondial d'éleveurs et d'experts
  • Des astuces et solutions concrètes pour chaque exploitation

Profitez d'une offre découverte 3 mois