Recherche. On en sait plus sur le virus de la fièvre catarrhale ovine

Ce sont des travaux de l’Inra, de l’Anses et de l’École nationale vétérinaire d’Alfort (Enva) qui nous l’apprennent. Le virus de la fièvre catarrhale ovine pourrait détourner une fonction cellulaire de son hôte pour faciliter sa réplication.

En étudiant les interactions moléculaires entre le virus de la fièvre catarrhale ovine (FCO) et les cellules de son hôte (bovin, ovin, caprin), les chercheurs de l’UMR Virologie, ont  mis en évidence un nouveau mécanisme de détournement de la machinerie cellulaire au profit de la réplication du virus FCO.

En cause, une interaction entre une protéine virale, appelée NS3, et une protéine de l’hôte, BRAF. « Cette dernière étant un acteur essentiel notamment responsable de la survie, prolifération et différenciation cellulaire, le virus a naturellement évolué pour contourner ces fonctions pour son propre intérêt : survie, réplication et propagation », expliquent les chercheurs
C’est la protéine NS3, alors décrite comme étant un facteur majeur de virulence, qui active cette voie dépendante de BRAF pour augmenter la réplication du virus.

Ces résultats pourraient expliquer l’hyper-inflammation observée dans le cas d’une pathologie liée à la fièvre catarrhale ovine. Le décryptage de ces interactions moléculaires virus-hôte et des mécanismes sous-jacents donne de nouvelles perspectives pour prédire la virulence, simuler l’évolution virale (franchissement de barrière d’espèces) et établir des mesures efficaces pour le contrôle des arboviroses, notamment au travers du développement de molécules antivirales à large spectre et de nouvelles souches vaccinales.

Rappelons que le virus de la fièvre catarrhale ovine (FCO) est capable d’infecter différents ruminants domestiques et sauvages (ovins, caprins et bovins), provoquant une maladie non contagieuse où de nombreux symptômes ont été déjà décrits : état général dégradé, fièvre, inflammation localisée, ulcères, œdème de la face, cyanose de la langue (d’où son nom anglais, Bluetongue), troubles respiratoires, œdème de la mamelle, atteinte testiculaire chez le bélier, troubles de la reproduction.
Le virus FCO est un arbovirus, ce qui signifie qu’il est transmis par l’intermédiaire d’arthropodes. Les récentes épidémies dues à des virus humains ou animaux, comme Zika, Dengue Chikungunya, West Nile ou Schmallenberg sont des arboviroses.

PLM  - Formules d'abonnement

PARTAGEONS LE MEILLEUR

  • La richesse des grands reportages immersifs en élevage
  • L'exclusivité d'un réseau mondial d'éleveurs et d'experts
  • Des astuces et solutions concrètes pour chaque exploitation

Profitez d'une offre découverte 3 mois