Robert Kempfs, pareur aux États-Unis

10 septembre 2020 - Arnaud VERLEUR

Après avoir travaillé comme pareur au Texas, Robert Kempfs est revenu dans le Wisconsin ou le rythme de travail lui convient mieux avec tout de même 200 à 300 vaches par semaine. 

Au Texas, sur les grands troupeaux, il pouvait parer jusqu'à 180 vaches par jour. « À ce rythme-là, le physique n’aurait pas tenu, et le travail est trop répétitif. Je préfère travailler moins en me limitant à 300 vaches par semaine au maximum,"explique Robert Kempfs.

Un parage est facturé 15 $ par vache contre 8 $ par vache au Texas. Chaque pareur est libre de fixer son tarif. Il y a de la concurrence. "À 15 $, mes tarifs sont plus haut que d'autres pareurs, mais les éleveurs me font confiance. Je ne veux pas de tarif à l'heure qui incite à travailler trop vite. Il faut prendre le temps de faire du bon travail." 

La plupart des rendez-vous sont programmés. Le planning est simple à tenir. En général, un parage d'entretien toutes les deux semaines dans les élevages entre 150 et 400 vaches. 

La cage qu’il utilise est adaptée avec un support ergonomique pour maintenir l’onglon avant, sans risquer de prendre des coups de patte. Robert a assemblé sa cage lui-même.

Cage de parage, USA

Abonnement PLM Magazine

PARTAGEONS LE MEILLEUR

  • La richesse des grands reportages immersifs en élevage
  • L'exclusivité d'un réseau mondial d'éleveurs et d'experts
  • Des astuces et solutions concrètes pour chaque exploitation

Profitez d'une offre découverte 3 mois