Un bon manager de la repro insémine tôt

Beaucoup de vaches sont réformées « pour cause d’infertilité ». Mais, pour le Pr Geert Opsomer, “les vaches réellement infertiles sont rares”. L'allongement de l'intervalle vêlage-vêlage est d'abord lié au facteur humain, loin devant “l'animal” et “le troupeau”.
Les problèmes de repro sont d'abord des problèmes de management, comme le rappelle “le schéma de Senger” toujours d'actualité.(détection des chaleurs, choix de taureaux fertiles, semences bien conservées, prévention du stress, gestion du peri-partum...)
Une autre erreur vient “d'une période d'attente” trop longue. Le Pr Opsomer insiste sur ce point : “une période d’attente trop longue (90 jours par exemple) signifie que l’on insémine trop tard. « Une vache qui exprime une chaleur à 50 jours nous explique qu’elle est prête pour la reproduction. Une vache ne ment jamais. »

Autrement dit : inséminer sans attendre, plutôt que temporiser : « attendre permet peut-être d'utiliser moins de paillettes, mais dépenser 0,5 à 1 paillette supplémentaire coûte moins cher que de perdre le lait d’un cycle de 21 jours en début de lactation. L’efficacité alimentaire est en effet maximale à ce moment là. Autant en profiter car l’alimentation reste la charge proportionnelle principale.” Tout est question de stratégie. “La bonne stratégie pour moi est d’inséminer tôt : dès 50 jours. »
Explications et autres causes de problèmes de reproduction dans PLM de novembre, avec Geert Opsomer, professeur à l'Université de Gand en Belgique. Article accessible en intégralité via les archives du PLM numérique (accès réservé aux abonnés)

Pour vous abonner, cliquez ICI

PLM  - Formules d'abonnement

AU CŒUR DES ÉLEVAGES LAITIERS ​​​​​​​

  • La richesse des grands reportages immersifs en élevage
  • L'exclusivité d'un réseau mondial d'éleveurs et d'experts
  • Des astuces et solutions concrètes pour chaque exploitation

Profitez d'une offre découverte 3 mois