Difficile de trouver les salariés en Nouvelle-Zélande

11 novembre 2019 - Arnaud VERLEUR

En Nouvelle-Zélande, le monde agricole a de plus en plus de difficultés à trouver de la main d'oeuvre. Le pays est en plein emploi et l'immigration a été limitée.

"En élevage laitier, un trayeur débutant peut facilement toucher 50 000 NZD (28 800 €/an). Dans des fermes de l'île du nord, des jeunes tout juste sortis d'école d'agriculture réclament 65 000 NZD par an pour débuter," explique François Tillard, éleveur français en Nouvelle-Zélande depuis 2001. Les jeunes kiwis ne veulent pas travailler dans les fermes, car les jobs en ville sont mieux payés et les conditions de travail sont meilleures.

C'est la folie, mais c'est le jeu de l'offre et de la demande. Il y a un déficit de main d'oeuvre et le gouvernement ne facilite pas la tâche des employeurs en réduisant le nombre de permis de travail accordés aux étrangers. Seulement 8000 autorisations contre 45 000 par an les années précédentes. Même les étrangers trouvent du travail avant d'arriver dans les fermes. Il y a des offres d'emplois jusque dans les aéroports. 

Les derniers chiffres de l’emploi publiés par Stats NZ n’ont jamais été aussi bas depuis onze ans.

Avec un taux de 4,9% en juin dernier (soit approximativement 109 000 chômeurs), le taux de chômage en Nouvelle-Zélande est en effet tombé à son plus bas niveau depuis ces 11 dernières années.

Selon Stats NZ, 44 000 chômeurs de plus que l’année dernière auraient trouvé un emploi en 2018 tandis que le salaire moyen des Néo-zélandais a également augmenté de 4,4% par rapport à 2018, avec un taux horaire moyen de 32,37 NZD brut ( 18,5 €).

 

PLM  - Formules d'abonnement

PARTAGEONS LE MEILLEUR

  • La richesse des grands reportages immersifs en élevage
  • L'exclusivité d'un réseau mondial d'éleveurs et d'experts
  • Des astuces et solutions concrètes pour chaque exploitation

Profitez d'une offre découverte 3 mois